Nous sommes prêts à repartir avec notre Colibri 2 !

Chers tous,
 
Après de nombreux retards cumulés, dus en partie aux confinements successifs, notre nouvel avion « le Colibri 2 » est maintenant opérationnel.
 
Aujourd’hui, nous avons plus que jamais besoin de votre soutien pour continuer à agir.
 
Un avion, un équipage et… principalement vos dons pour nous permettre de reprendre les airs.
Vous pouvez avoir l’impression, aux vues des sommes que nous devons engager, que quelques euros ne serviront pas à grand chose ?
 
Soyez assurés que chaque euro compte et que c’est grâce aux milliers de donateurs que vous êtes, que nous avons pu effectuer nos missions et que nous allons pouvoir les reprendre.
 
Chaque participation, même minime, ce n’est pas rien : votre présence à nos côtés est essentielle.
 
Lors de presque chaque mission, nous repérons des embarcations en détresse,
Grâce à votre engagement, vous avez déjà contribué à :
 
– réaliser 95 vols
– repérer 78 bateaux en grande détresse en haute mer
– participer au sauvetage de près de 6 000 personnes. 
Sauvez des vies, maintenant : faire un don
Comme vous, l’artiste XAVIER soutient Pilotes Volontaires !

La lithographie originale qu’il a créée, intitulée ‘’Volontaires pour sauver nos frères’’, tirée à 89 exemplaires numérotés et signés est en vente au profit de l’association.« Cette lithographie permet d’incarner une heure de vol pour que les gens qui achètent cette œuvre sachent vraiment à quoi sert leur argent. » précise XAVIER. Découvrez en vidéo la démarche et l’œuvre de l’artiste :
Toute l’équipe de Pilotes Volontaires tient à vous remercier : comme le colibri, chacun fait sa part à la mesure de ses possibilités et c’est déjà beaucoup. C’est vous qui nous donnez les ailes pour voler ! Avec toute notre gratitude pour votre générosité,l’équipe de Pilotes Volontaires
Pilotes Volontaires apporte un soutien d’observation aérienne aux rares ONG qui parviennent encore à prendre la mer ou à tout autre bateau susceptible d’intervenir.
(photos Laurin Schmind)

Question : pourquoi continuer de voler?

Pourquoi patrouiller s’ il n’y a plus de bateaux d’ONG ?
Que nous soyons présents dans les airs ou pas, que les bateaux d’ONG soient présents en mer ou pas, les embarcations précaires et non adaptées à une telle traversée vont continuer à prendre la mer.
C’est une réalité que nous ne pouvons ignorer.
De ce fait, plutôt que ces personnes périssent sans que personne n’en sache rien, nous préférons qu’elles soient secourues par les gardes-côtes libyens.
Entre une mort certaine en mer et un retour en Libye, même si nous savons que la situation y est dramatique, le choix est évident. En parallèle, nous avons établi des contacts avec des ONG internationales présentes en Libye afin qu’elles fassent le maximum pour être présentes lors des débarquements pour apporter aux rescapés, protection et assistance.
Nous attendons avec impatience le retour des bateaux de sauvetage.

Le Colibri survole inlassablement la zone de recherche

Notre demande est :
– Que soit mis en place un cadre d’intervention clair garantissant le strict respect des différentes conventions internationales
– Que les bateaux des ONG puissent intervenir sereinement et de la façon la plus efficace possible, sans avoir à se demander si ils vont devoir errer des jours et des jours avant de pouvoir débarquer des naufragés secourus
Autant de jours perdu pendant lesquels ils ne sont pas présents en mer pour sauver plus de vies. Les récents déboires de l’Aquarius va les éloigner de la zone de recherche pendant des semaines. Heureusement l’Astral des Espagnols (Proactiva Open Arms) est de retour sur zone.  
Nous ne souhaitons à pas  ce stade, prendre part au débat politique ni plus blâmer les MRCC ou les bateaux marchands, car nous partons du principe que toutes ces entités où est plus particulièrement les hommes et femmes qui y travaillent, en bons marins, souhaitent pouvoir sauver des vies, dans le respect des conventions internationales relatives aux secourus en mer, telle que décrit dans la Convention de Hambourg, premier chapitre. 1.3.2, qui dit :
Les opérations de sauvetages sont destinées à repêcher des personnes en détresse, à leur prodiguer les premiers soins médicaux ou autres dont ils pourraient avoir besoin, et à les remettre en lieu sûr.
Idem pour les bateaux marchands : ils doivent recevoir des garanties que tout sera mis en oeuvre pour faciliter le débarquement des naufragés qu’ils auraient pris à bords, dans le respect des conventions internationales, afin qu’ils puissent reprendre la mer au plus vite.
Aujourd’hui c’est tout le contraire qui est fait. C’est inacceptable et scandaleux.
Dans cette période troublée ou des discours que l’on croyait appartenir aux jours les plus sombres de notre Histoire commune récente, refont surface, il nous parait essentiel de rappeler que quelles que soient nos opinions sur la question des mouvements migratoires et de leurs origines, on ne peut pas accepter que des milliers de personnes – hommes, femmes et enfants – se noient dans l’indifférence la plus totale.
Face à cette situation inadmissible, en tant que citoyens du monde, nous devons décider de quel côté de l’Histoire nous souhaitons nous placer.
Une chose est sûre, nous ne pourrons pas dire à nos enfants et petits-enfants que nous ne savions pas.
Tout doit être mis en œuvre pour sauver plus de vies. Rappelons que nous avons tous le devoir de porter assistance à des personnes en danger et en ce qui concerne les secours en mer, assistance à personnes en danger de mort imminent par noyade.

Pilotes Volontaires


 

Un triste anniversaire

Aujourd’hui, nous nous souvenons des 366 hommes, femmes et enfants qui, il y a cinq ans, ont perdu la vie en traversant la Méditerranée au large de l’île de Lampedusa.
La tragédie était inacceptable à l’époque et l’est encore aujourd’hui.
Le plus inacceptable est que nous ne fassions pas plus pour empêcher de nouvelles victimes.

Solidarité avec l’Aquarius

Il y a quelques jours, lors d’une maraude aérienne au large des côtes libyennes, l’équipage de Pilotes Volontaires a fait une triste découverte : un corps sans vie, repéré flottant au nord-est de Zuwarah. Une mort de plus, une mort de trop, qui aurait pu être évitée. Selon le HCR et l’OIM, septembre a été le mois le plus meurtrier jamais documenté. 1 personne sur 5 s’est noyée ou a été portée disparue alors qu’elle tentait de traverser la Méditerranée.

Le Colibri et l’Aquarius patrouillent dans la zone de recherche.

L’absence de navires de sauvetage ne fait qu’aggraver ce dramatique bilan. L’ Aquarius doit pouvoir revenir au plus vite en mer pour accomplir ses missions d’assistance à personnes en danger.
Le 6 octobre, soyons le plus nombreux possible pour  descendre dans les rues, partout en France et ailleurs en Europe, pour soutenir l’ Aquarius. Pour ma part, je serai à leurs côtés à Paris, Place de la République, à 14h30. Soyons les gouttes qui ensemble formeront la Vague Orange !
José Benavente, Pilote Volontaire.

http://www.sosmediterranee.fr/…/manifestation-rassemblement…

Colibri endommagé

Nous avons le regret de vous annoncer que le #Colibri est actuellement cloué au sol, ayant subi des dégâts lors d’un récent orage alors qu’il était au sol. Cependant, nous avons pu sans délais trouver un avion de remplacement ! Nous serons de nouveau en capacité d’effectuer nos vols d’observation. Le Colibri va être réparé.

Votre soutien nous aide à rester opérationnels !

[Faites un don ici:]

Un bilan dramatique

Aujourd’hui, notre équipage du Colibri a fait une triste découverte : un corps sans vie a été repéré flottant au nord-est de Zuwarah. Une mort de plus, une mort de trop qui aurait pu etre evitee. Selon UNHCR et IOM, septembre a été le mois le plus meurtrier jamais documenté.

1 personne sur 5 s’est noyée ou a été portée disparue alors qu’elle tentait de traverser la Méditerranée.

L’absence de navires de sauvetage ne fait qu’aggraver ce dramatique bilan

LE MONDE

Deux pilotes français achètent un avion pour sauver des migrants en Méditerranée.

un article écrit par Maryline Baumard – 1 er mai 2018

En investissant toutes leurs économies, les deux hommes se sont offert un petit avion afin d’aller repérer les canots en perdition au large de la Libye. Première mission le 2 mai.
…/…

Un canot de migrants surchargé, au nord de la Libye, le 3 février 2017.
Un canot de migrants surchargé, au nord de la Libye, le 3 février 2017. Emilio Morenatti / AP

« Vraiment utiles, tout de suite »

Pragmatiques, les deux fondateurs de Pilotes volontaires savent que la capacité de repérage depuis un avion qui survole les eaux à basse altitude est cent fois supérieure à une observation depuis le pont d’un navire. Ils savent aussi que cet appui aérien manque cruellement aujourd’hui en Méditerranée et que durant le premier trimestre 2018, quelque 500 personnes ont encore péri au large des côtes libyennes, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

…/…

Véritable mouvement citoyen

Depuis longtemps déjà il mûrissait l’idée de survoler la Méditerranée pour sauver les migrants….

« On démarre avec l’argent qu’on a. On a ouvert un site pour récolter les dons. Il y a derrière notre opération l’idée que tout le monde peut participer, même avec quelques euros », rappelle l’humanitaire. L’esprit qui préside à Pilotes volontaires est proche de celui qui a permis à SOS Méditerranée de se développer, en entraînant un véritable mouvement citoyen dans son sillage.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/01/deux-pilotes-francais-achetent-un-avion-pour-sauver-des-migrants-en-mediterranee_5293037_3224.html#g56sQ5hvLqhFUQdG.99

Un deuxième article dans le Dauphiné

https://www.ledauphine.com/haute-savoie/2018/04/10/des-avions-en-aide-aux-migrants

C’est l’histoire de deux amis animés par une même passion : l’aviation. José Benavente et Benoit Micolon se sont rencontrés à l’école de pilotes de ligne. Depuis 25 ans investi dans l’aide humanitaire, le premier a transmis cet autre virus au second. Ensemble, ils ont créé l’association Pilotes volontaires et espèrent venir en aide, par les airs, aux migrants en difficulté sur des embarcations de fortune dans leur traversée de la Méditerranée en direction de l’Europe.

« Leur seul espoir, c’est qu’un bateau les retrouve », constate Benoit, pilote de ligne installé à Chamonix depuis quelques années, scandalisé par toutes ces vies en danger. C’est là qu’ils souhaitent intervenir en apportant une surveillance par les airs. L’urgence de la situation les incitant à agir vite, ils ont acheté de leur poche, pour 130 000 euros, un avion de quatre places, actuellement en préparation, pour augmenter l’autonomie en carburant et installer un système de pilotage automatique ainsi qu’un parachute de secours en cas de panne.

Ils aimeraient débuter leur mission en mai depuis un camp de base à Malte, motivés par des associations sur place leur ayant assuré que le besoin est bien présent. Ils souhaitent être les yeux de ces structures qui récupèrent, à bord de bateaux, ces “voyageurs” en provenance notamment de Libye. Comme le fait déjà l’avion humanitaire Moonbird de l’ONG Sea-Watch.

À la recherche de cofinancements, ils espèrent réunir 300 000 euros. Cela permettrait de financer une année de fonctionnement et de rembourser l’avion. Pour y parvenir, ils ont également lancé une campagne de financement participatif. Rapidement, ils aimeraient recruter des pilotes, un responsable de base et des observateurs à bord de l’avion… tous rémunérés. « On ne peut pas avoir que des volontaires. Sinon, on va bricoler tout le temps. »

Pour en savoir plus : www.pilotes-volontaires.org/

Un autre article sur nous…

http://www.infomigrants.net/fr/post/8053/des-pilotes-professionnels-s-engagent-pour-sauver-les-migrants-en-mediterranee

Des pilotes professionnels s’engagent pour sauver les migrants en Méditerranée

L’association Pilotes volontaires a été créée en janvier pour repérer les embarcations de migrants en Méditerranée et aider les bateaux d’ONG à leur venir en aide. L’équipe a déjà acquis un avion et espère pouvoir commencer les missions de repérage en mai.

José Benavente, pilote professionnel et engagé dans l’humanitaire depuis plus de 20 ans, a créé en janvier dernier l’association Pilotes volontaires. Associé avec Benoît Micolon, lui aussi pilote professionnel, il souhaite lancer des missions de repérage des embarcations de migrants en mer Méditerranée.

“Notre initiative s’intègre dans un système de secours déjà en place. L’idée est d’apporter un soutien, en terme d’observation aérienne, aux bateaux qui naviguent en Méditerranée pour qu’ils puissent secourir les embarcations le plus vite possible parce qu’on sait que les heures et les minutes sont comptées, surtout lorsqu’il s’agit de bateaux gonflables”, souligne José Benavente.

>> À lire : Tout savoir de l’Aquarius et de sa mission en mer

Les pilotes de l’association n’auront pas de contacts directs avec les bateaux des ONG. Ils préviendront le MRCC, le centre de coordination des secours maritimes de Rome, lui donneront la position géographique de l’embarcation repérée et, si possible, un état des lieux. “Après, c’est eux qui se chargeront de faire le relais pour voir quel bateau est le plus à même de lui porter secours”, précise José Benavente.

Début des opérations prévu en mai

Les Pilotes volontaires ne seront pas les seuls à effectuer des vols de surveillance au-dessus de la Méditerranée. Les opérations européennes Triton et Sophia disposent d’avions et d’hélicoptères. Mais leurs principales missions sont la surveillance des frontières européennes et la traque des passeurs, non le sauvetage en mer.

>> À lire : Deux fois moins de migrants sont arrivés par la mer en Europe en 2017

Pour pouvoir débuter rapidement les missions de repérage, José Benavente et Benoît Micolon ont acheté sur leurs fonds propres un petit avion sur lequel ils ont fait modifier les réservoirs de carburants “pour avoir une plus grande autonomie de vol”.

L’avion devrait être convoyé à Malte, où l’association compte établir sa base, à partir du 30 avril afin de lancer les opérations de repérage début mai. Seuls pilotes de l’association pour le moment, José Benavente et Benoît Micolon prévoient de recruter d’autres pilotes bénévoles pour les relayer.

Parmi leurs autres projets envisagés lorsqu’ils auront collecté plus de dons : l’acquisition d’une caméra thermique pour améliorer l’observation en vol.

Rencontre avec le Duo Madame Monsieur.

Lundi 5 mars en soirée, l’équipe de Pilotes Volontaire à assister à un concert donné par le duo Madame Monsieur dont tous les bénéfices seront reversés à l’association SOS Méditerranée.

Un moment fort en émotion lorsque que le duo à interpréter leur chanson ‘’ Mercy’’, prénom donnée à une petite fille née sur le bateau ‘’Aquarius’’ affrété par cette association.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, cette chanson a été sélectionnée pour représenter la France au Concours de l’Eurovision 2018 à Lisbonne en mai prochain. Nous somme de tout cœur avec eux bien sûr ! Nous vous encourageons à écouter cette très belle chanson qui transmet un fort et beau message d’espoir.