LE MONDE

Deux pilotes français achètent un avion pour sauver des migrants en Méditerranée.

un article écrit par Maryline Baumard – 1 er mai 2018

En investissant toutes leurs économies, les deux hommes se sont offert un petit avion afin d’aller repérer les canots en perdition au large de la Libye. Première mission le 2 mai.
…/…

Un canot de migrants surchargé, au nord de la Libye, le 3 février 2017.
Un canot de migrants surchargé, au nord de la Libye, le 3 février 2017. Emilio Morenatti / AP

« Vraiment utiles, tout de suite »

Pragmatiques, les deux fondateurs de Pilotes volontaires savent que la capacité de repérage depuis un avion qui survole les eaux à basse altitude est cent fois supérieure à une observation depuis le pont d’un navire. Ils savent aussi que cet appui aérien manque cruellement aujourd’hui en Méditerranée et que durant le premier trimestre 2018, quelque 500 personnes ont encore péri au large des côtes libyennes, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

…/…

Véritable mouvement citoyen

Depuis longtemps déjà il mûrissait l’idée de survoler la Méditerranée pour sauver les migrants….

« On démarre avec l’argent qu’on a. On a ouvert un site pour récolter les dons. Il y a derrière notre opération l’idée que tout le monde peut participer, même avec quelques euros », rappelle l’humanitaire. L’esprit qui préside à Pilotes volontaires est proche de celui qui a permis à SOS Méditerranée de se développer, en entraînant un véritable mouvement citoyen dans son sillage.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/01/deux-pilotes-francais-achetent-un-avion-pour-sauver-des-migrants-en-mediterranee_5293037_3224.html#g56sQ5hvLqhFUQdG.99

Article sur France 3

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/pilotes-volontaires-deux-aviateurs-veulent-secourir-migrants-naufrages-mediterranee-1456907.html

“Pilotes volontaires” : deux aviateurs veulent secourir les migrants naufragés en Méditerranée

 

Deux pilotes de la région, José Benavente et Benoît Micolon, vont lancer une collecte de fonds pour pouvoir survoler la Méditerranée à la recherche d’embarcations de migrants.

 

Un petit avion, le “Colibri”, pour survoler la mer Méditerranée à la recherche d’embarcations de migrants en danger. C’est le beau projet de deux aviateurs de la région qui n’est pas loin de se concrétiser avec l’appui d’une collecte de fonds.

José Benavente est né à Lyon et a grandi à Vénissieux. Benoît Micolon, lui, est installé à Chamonix. Tous les deux travaillent dans le milieu de l’aviation. Et tous les deux sont sensibles depuis longtemps au sort des migrants victimes de naufrages en mer.

Je me suis dit qu’il fallait qu’on essaie de faire quelque chose

L’idée m’a traversé l’esprit il y a pas mal de temps” confie José Benavente, “il y a une quinzaine d’années“, lorsqu’il était à Conakry, en Guinée. “On parlait déjà de traversées entre le Sénégal et les Îles Canaries” et de naufrages mortels dans l’océan Atlantique.

Puis éclate la guerre en Libye, en Syrie, au Soudan, et les traversées se font de plus en plus nombreuses en Méditerranée. Les catastrophes aussi. “Je me suis dit qu’il fallait qu’on essaie de faire quelque chose” se souvient-il.

 

Un “besoin essentiel” pour les ONG

En janvier, José Bonavente prend contact avec des ONG connues pour porter secours aux migrants échoués en Méditerranée.Je n’avais rien, seulement une adresse email et je suis tout de suite tombé sur la bonne personne.”

Leur point faible était clairement identifié, c’était l’observation aérienne

Il s’avère que l’aide qu’il propose comble la principale faiblesse des organisations comme SOS Méditerranée et son Aquarius. “Depuis deux ans, ils avaient réussi à mettre en place un dispositif, mais leur point faible était clairement identifié, c’était l’observation aérienne.” Jointes à leur tour, deux ONG espagnoles leur confirment qu’il s’agit d’un “besoin essentiel “.

Le natif de Lyon contacte alors Benoît Micolon, son ami de longue date, pilote de ligne installé en Haute-Savoie. Ensemble et de façon personnelle, en-dehors de leurs professions respectives, les deux hommes fondent “Pilotes volontaires” et vont lancer une cagnotte en ligne : 300 000 euros afin d’assurer leur mission sur le long terme.

L’avion déjà acheté

Pour l’heure, leurs fonds propres ont permis d’acheter un modèle MCR-4S qu’ils ont rebaptisé “Colibri” en hommage au mouvement de Pierre Rabhi et pourraient déjà assurer une dizaine de vols, mais pas plus. C’est la raison pour laquelle leur association lance un appel aux dons qui se limite pour l’instant à son site internet.

 

Ils envisagent de s’installer à Malte,pour un mélange de raisons techniques et logistiques” puisque l’île a une position centrale, à une heure de la bande de 150 km de long sur 50 km où ils comptent patrouiller, au large de Tripoli.

Les deux pilotes avaient d’abord pensé s’installer sur l’île italienne de Lampedusa. “On aurait gagné 10 minutes de vol, mais il y avait un risque de vents de travers forts au retour.” Ils ont préféré jouer la carte de la sûreté.

Un premier vol à la mi-juin ?

L’équipe continue à s’agrandir et pour l’heure, leur Colibri subit quelques modifications “pour pouvoir voler plus longtemps sans escale” et disposer d’un parachute en cas d’urgence. Le premier vol est prévu au début du mois de mai. “La météo va devenir plus favorable, ils vont lancer beaucoup de bateaux depuis la Libye.” Pas question de rater le coche, des vies humaines sont en jeu.

 

Un deuxième article dans le Dauphiné

https://www.ledauphine.com/haute-savoie/2018/04/10/des-avions-en-aide-aux-migrants

C’est l’histoire de deux amis animés par une même passion : l’aviation. José Benavente et Benoit Micolon se sont rencontrés à l’école de pilotes de ligne. Depuis 25 ans investi dans l’aide humanitaire, le premier a transmis cet autre virus au second. Ensemble, ils ont créé l’association Pilotes volontaires et espèrent venir en aide, par les airs, aux migrants en difficulté sur des embarcations de fortune dans leur traversée de la Méditerranée en direction de l’Europe.

« Leur seul espoir, c’est qu’un bateau les retrouve », constate Benoit, pilote de ligne installé à Chamonix depuis quelques années, scandalisé par toutes ces vies en danger. C’est là qu’ils souhaitent intervenir en apportant une surveillance par les airs. L’urgence de la situation les incitant à agir vite, ils ont acheté de leur poche, pour 130 000 euros, un avion de quatre places, actuellement en préparation, pour augmenter l’autonomie en carburant et installer un système de pilotage automatique ainsi qu’un parachute de secours en cas de panne.

Ils aimeraient débuter leur mission en mai depuis un camp de base à Malte, motivés par des associations sur place leur ayant assuré que le besoin est bien présent. Ils souhaitent être les yeux de ces structures qui récupèrent, à bord de bateaux, ces “voyageurs” en provenance notamment de Libye. Comme le fait déjà l’avion humanitaire Moonbird de l’ONG Sea-Watch.

À la recherche de cofinancements, ils espèrent réunir 300 000 euros. Cela permettrait de financer une année de fonctionnement et de rembourser l’avion. Pour y parvenir, ils ont également lancé une campagne de financement participatif. Rapidement, ils aimeraient recruter des pilotes, un responsable de base et des observateurs à bord de l’avion… tous rémunérés. « On ne peut pas avoir que des volontaires. Sinon, on va bricoler tout le temps. »

Pour en savoir plus : www.pilotes-volontaires.org/

Un autre article sur nous…

http://www.infomigrants.net/fr/post/8053/des-pilotes-professionnels-s-engagent-pour-sauver-les-migrants-en-mediterranee

Des pilotes professionnels s’engagent pour sauver les migrants en Méditerranée

L’association Pilotes volontaires a été créée en janvier pour repérer les embarcations de migrants en Méditerranée et aider les bateaux d’ONG à leur venir en aide. L’équipe a déjà acquis un avion et espère pouvoir commencer les missions de repérage en mai.

José Benavente, pilote professionnel et engagé dans l’humanitaire depuis plus de 20 ans, a créé en janvier dernier l’association Pilotes volontaires. Associé avec Benoît Micolon, lui aussi pilote professionnel, il souhaite lancer des missions de repérage des embarcations de migrants en mer Méditerranée.

“Notre initiative s’intègre dans un système de secours déjà en place. L’idée est d’apporter un soutien, en terme d’observation aérienne, aux bateaux qui naviguent en Méditerranée pour qu’ils puissent secourir les embarcations le plus vite possible parce qu’on sait que les heures et les minutes sont comptées, surtout lorsqu’il s’agit de bateaux gonflables”, souligne José Benavente.

>> À lire : Tout savoir de l’Aquarius et de sa mission en mer

Les pilotes de l’association n’auront pas de contacts directs avec les bateaux des ONG. Ils préviendront le MRCC, le centre de coordination des secours maritimes de Rome, lui donneront la position géographique de l’embarcation repérée et, si possible, un état des lieux. “Après, c’est eux qui se chargeront de faire le relais pour voir quel bateau est le plus à même de lui porter secours”, précise José Benavente.

Début des opérations prévu en mai

Les Pilotes volontaires ne seront pas les seuls à effectuer des vols de surveillance au-dessus de la Méditerranée. Les opérations européennes Triton et Sophia disposent d’avions et d’hélicoptères. Mais leurs principales missions sont la surveillance des frontières européennes et la traque des passeurs, non le sauvetage en mer.

>> À lire : Deux fois moins de migrants sont arrivés par la mer en Europe en 2017

Pour pouvoir débuter rapidement les missions de repérage, José Benavente et Benoît Micolon ont acheté sur leurs fonds propres un petit avion sur lequel ils ont fait modifier les réservoirs de carburants “pour avoir une plus grande autonomie de vol”.

L’avion devrait être convoyé à Malte, où l’association compte établir sa base, à partir du 30 avril afin de lancer les opérations de repérage début mai. Seuls pilotes de l’association pour le moment, José Benavente et Benoît Micolon prévoient de recruter d’autres pilotes bénévoles pour les relayer.

Parmi leurs autres projets envisagés lorsqu’ils auront collecté plus de dons : l’acquisition d’une caméra thermique pour améliorer l’observation en vol.

Rencontre avec le Duo Madame Monsieur.

Lundi 5 mars en soirée, l’équipe de Pilotes Volontaire à assister à un concert donné par le duo Madame Monsieur dont tous les bénéfices seront reversés à l’association SOS Méditerranée.

Un moment fort en émotion lorsque que le duo à interpréter leur chanson ‘’ Mercy’’, prénom donnée à une petite fille née sur le bateau ‘’Aquarius’’ affrété par cette association.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, cette chanson a été sélectionnée pour représenter la France au Concours de l’Eurovision 2018 à Lisbonne en mai prochain. Nous somme de tout cœur avec eux bien sûr ! Nous vous encourageons à écouter cette très belle chanson qui transmet un fort et beau message d’espoir.

Des besoins avérés en mer

Pilotes volontaires s’est rapprochée des acteurs du sauvetage en mer afin de mieux évaluer la situation et ainsi apporter la réponse la plus adaptée aux besoins des associations qui interviennent en Méditerranée.

Ainsi, après des échanges par courriels qui nous ont permis de commencer à travailler sur notre projet de recherche en mer, ce lundi 5 mars, l’équipe de Pilotes Volontaires a rencontré à Paris le responsable des opérations maritimes de SOS MEDITERRANEE.

Une rencontre très fructueuse qui nous a encore confortés dans l’idée que le besoin d’un appui aérien d’observation est malheureusement avéré et que notre projet est pertinent.

Nous allons continuer nos démarches et dans quelques semaines, nous espérons pouvoir apporter à toutes les associations en mer ce soutien aérien dont ils ont besoin. Nous vous tiendrons informés bien sûr !

Notre avion, “le colibri” est en commande.

Avion Colibri pilotes volontaires
Avion Colibri pilotes volontaires

Nous sommes heureux de vous annoncer l’ étape importante  franchie cette semaine,  à savoir la confirmation de l’achat de notre avion ‘’Colibri’’ !

Devant  patrouiller  plusieurs heures d’affilée pour repérer les  embarcations en détresse,  nous avons  équipé notre appareil de réservoirs à  carburant de  grande capacité. Ceci   permettra   d’avoir une  dizaine d’heures d’autonomie.
Cette spécificité technique (ajoutée à d’autres), va nécessiter des modifications et les travaux sont en cours.

Pour cette raison , nous  prendrons possession de l’avion  vers la fin du mois d’avril 2018.

Nous envisagerons alors le convoyage vers l’île de Malte d’où  partiront les opérations de recherche au large de la Libye.

31 Janvier 2018: naissance de l’association “Pilotes Volontaires”

Bonjour à tous,
Nous venons de procéder à  la création de notre association Pilotes Volontaires, ci dessous la parution au Journal officiel.  Notre mission sera de fournir un appui aérien pour faciliter les opérations de recherche et sauvetage de personnes en détresse en Mer Méditerranée.